Nagpur, Maharashtra, Inde – Participation encadrée et réclamations collectives

Cette étude se place dans le cadre d’un mémoire de Master 1 en Urbanisme et aménagement à l’université Paris 1. Nous serons amenés à interroger différentes formes de participations et des initiatives d’habitants dans un quartier hétéroclite en périphérie de la ville de Nagpur, dans l’Etat du Maharastra, dans une partie de la ville qui est amenée à se connaître des transformations dans les années à venir.

Contexte de la recherche

Nagpur est une ville située au cœur de l’Inde, dans l’Etat du Maharashtra. Elle a été sélectionnée avec une centaine d’autres villes en Inde pour faire partie de la Smart City Mission lancée par le gouvernement indien. Parmi elles, l’Agence Française de Développement en soutient trois, dont Nagpur, dans la mise en place de leurs projets. A Nagpur, la municipalité a prévu la planification d’une partie de la ville à travers un Town Planning Scheme (TPS), qui utilise le mécanisme de land pooling. Cette partie de la ville, à l’Est du centre, est déjà urbanisée, mais est pour l’instant peu dense et en limite de la ville, il s’agit donc de préparer la densification à laquelle va faire face ce quartier et d’accompagner la croissance de la ville. Le land pooling consiste à mettre virtuellement en commun les parcelles privées qui constituent le quartier en question, repenser ce quartier en planifiant des infrastructures (routes, écoles, parcs, logement sociale…), puis rendre les parcelles aux propriétaires. Ces parcelles seront alors diminuées en tailles (la superficie correspondant aux infrastructures est soustraite), mais auront gagné en valeur compte tenu des équipements prévus. Dans le cadre de cette Smart City Mission et du Town Planning Scheme, un projet d’embellissement des berges de la Nag River est envisagé. Le quartier étudié fait partie de la zone concernée par le TPS, à cheval entre Pardi, Punapur et Bharatwada. C’est un quartier en périphérie de la ville, pour l’instant moins dense que le centre, mais qui s’urbanise de plus en plus en réponse aux besoins croissants en logement et à la saturation du centre-ville qui entrainent une pression foncière dans les terrains périphériques. Cette urbanisation s’est faite de manière spontanée, et il en résulte un territoire hétéroclite en termes de qualité du bâti, d’habitants, de densité, etc., que nous tâchons de caractériser dans ce travail.

Participation « invitée » et participation « inventée » : quelle prise en compte des habitants dans ce processus urbain ?

Dans ce mémoire, nous prenons comme point de départ la manière dont le programme communique sur l’aspect inclusif et participatif du processus au niveau national et local. Nous étudions comment la participation est vantée dans la communication autour du programme, et comment elle est organisée théoriquement à travers les documents directeurs et textes de lois qui encadrent le projet dans ce quartier. Nous nous appuyons sur les documents que nous avons eu à notre disposition ainsi que des entretiens avec divers acteurs du projet.

Ceci nous amène ensuite à nous intéresser à la manière dont la participation a effectivement été reçue par les habitants de la zone en question, la manière dont ils ont pu s’approprier les outils proposés, s’ils ont pris part à la construction du projet, ou l’information à laquelle ils ont eu accès. Pour ce faire, un travail de terrain a été mené, se basant sur une étude du quartier et des entretiens avec des habitants afin de comprendre leur expérience et leur situation vis-à-vis de ce projet.

Pour pallier aux failles des « espaces invités » de la participation encadrée, les habitants se sont mobilisés à travers des « espaces inventés » où ils s’auto-organisent pour faire entendre leurs voix et leurs revendications.

Il s’agit de mettre en parallèle ces deux formes de participations, l’une directe et spontanée, émanant des habitants, et l’autre encadrée par le haut. Nous explorons également le rôle que peuvent jouer des acteurs intermédiaires pour améliorer la participation, afin de comprendre comment ce troisième type acteur (ONG par exemple) peut être un pont entre les habitants et le projet.

Comprendre et analyser ces trois formes de participation dans le cadre d’un projet urbain semble être une approche intéressante dans le cadre des communs urbains, car il s’agit justement d’étudier à la fois les luttes collectives des habitants pour améliorer leurs conditions de vie, et aussi la tentative des autorités de prendre en compte ces réclamations en mettant en place une participation dans les projets urbains, visant en théorie à faire la ville ‘en commun’. Nous remarquons également que cette participation casse en quelque sorte l’idée de commun et de lutte collective en prenant en compte les réclamations de manière individuelle.

>> accéder au mémoire