Séminaire Recherche action et recherches collaboratives MSH Paris Nord

La prochaine séance du séminaire mettra en lien la recherche collaborative avec la question des communs

La MSH Paris Nord, le Gis Démocratie et Participation, le Lisra, le Lavue (UMR 7218) mettent en place à partir du mois d’avril 2019, un séminaire mensuel sur les recherches actions et recherches collaboratives. Son objectif est de faire un descriptif raisonné des expériences dans ce champ, dans le département du 93, avec l’enjeu de faire ressortir, à travers la diversité des pratiques, ce qui différencie, mais surtout ce qui relie. L’exposé des expériences a également pour ambition d’avancer sur deux questions épistémologiques : 

  • Quels critères de validation de ce que l’on produit ? 
  • Comment le valider comme connaissance ? 

14 MAI 2019 DE 17H À 20H MSH PARIS NORD – SALLE 413

Abou N’Diaye, directeur d’études, ARESS/FMSH-Paris : La mécanique de rue : le politique à l’épreuve de l’économie populaire
Claire Simonneau, urbaniste, ingénieur de recherche CNRS, UMR Géographies-Cités, Habitat et urbanisme au prisme des communs. Réflexions issues d’expériences de recherche et d’enseignement

>> Programme du séminaire 2019

“Communs mondiaux” et pratiques de transition

Douzième journée de l’atelier “Habiter la transition. Des pratiques existantes aux politiques de transition : circulations et ambiguïtés”

© Réseau ACDD

Mardi 14 mai 2019 9h30-17h

École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris la Villette
144 avenue de Flandre 75019 PARIS
Salle 112 B

Séance animée par Léa Eynaud et Frédéric Sultan

Du côté de la recherche comme des organisations internationales, il est courant de désigner sous l’appellation de « biens publics mondiaux » ou de « biens communs de l’humanité » un certain nombre de ressources dites « naturelles » telles que l’eau, le climat, la couche d’Ozone, la biodiversité ou encore la planète elle-même. À l’échelle locale, les travaux de la prix Nobel d’économie Elinor Ostrom[ ont également mis en lumière la capacité de collectifs auto-organisés à gérer durablement des bassins de ressources naturelles (pêcheries, forêts, systèmes d’irrigation etc.), quelque part entre le marché et l’État. Toutefois le lien entre communs et écologie, tel qu’il se déploie dans l’arène politique et scientifique, connaît à notre sens deux principaux angles morts.
Premièrement, nous en savons peu sur les pratiques à l’œuvre dans des initiatives qui pourraient se réclamer de la notion de (biens) commun(s). Pourquoi s’engage-t-on dans des initiatives de transition en gérant des ressources en ‘commun’ ? Et comment s’y prend-on concrètement ? Quelles sont les pratiques qui comptent ? Quelle est la cause plus grande pour laquelle on se bat ? Disparition des ressources ? Effondrement général ?
Deuxièmement, le flou demeure quant à la manière dont les acteurs eux-mêmes, emboîtent les échelles, depuis des initiatives ultra-locales jusqu’à des problématiques d’ampleur globale, de l’habiter au dérèglement climatique. Quels liens les acteurs opèrent-ils sur le terrain entre leurs pratiques et toutes sortes de politiques institutionnelles présentes à des échelles plus vastes ? Comment se mobilisent-ils ? Comment se fédèrent-ils ? Et quel(s) cadre(s) juridique(s) invoquent-ils ?

(…)
Sans faire du commun la qualité d’un certain type de bien ou une dimension spontanée de l’agir humain, c’est bien la dimension politique des pratiques de transition que nous souhaitons interroger lors de cette séance, telle qu’elle se déploie dans l’espace et dans le temps. Nous poursuivrons cet objectif en organisant la rencontre entre chercheurs et activistes d’une part, mais aussi en portant une attention particulière à la dimension internationale des pratiques auxquelles les acteurs s’emploient, des arènes dans lesquelles ils s’engagent et des causes qu’ils défendent.

>> texte complet et programme de la séance

Nouvelle publication scientifique : la circulation internationale du CLT

Simonneau C. (2018). « Le Community Land Trust aux États-Unis, au Kenya et en Belgique. Canaux de circulation d’un modèle alternatif et jeu d’intertextualité ». RIURBA Revue internationale d’urbanisme n°6

Résumé – Le Community Land Trust (CLT), modèle de possession et d’usage du sol visant à assurer un habitat abordable et une gestion partagée du territoire, se pose en alternative au modèle dominant de la pleine propriété privée individuelle. Cet article étudie la circulation internationale du modèle CLT et les modalités de son ancrage local à partir de trois études de cas aux États-Unis, au Kenya et en Belgique. Elles sont appréhendées par une analyse de discours à travers l’étude de la « littérature grise » entourant les différents projets depuis leur naissance. Nous montrons les canaux de circulation à la fois originaux et pleinement insérés dans le système des meilleures pratiques, ainsi que les réinterprétations des références spirituelles, théoriques et expérimentales du CLT au fil des arrimages locaux.

Abstract – The Community Land Trust (CLT), which is a model of land possession and land use aiming to ensure affordable housing and share the management of a territory, represents an alternative to the conventional model of individual freehold property. This article analyzes the international circulation of the CLT model and the modalities of its local anchorage, based on three case studies in the United States, Kenya, and Belgium. They are examined through a discourse analysis of the « grey literature » related to these projects from their beginnings. We point out the circulation channels that are both original and fully inserted in the « best practices » system, and the re-interpretations of spiritual, theoretical and experiental references throughout the processes of local anchorages.

>> accéder à l’article