Coopératives d’habitat – Ouagadougou

Les coopératives d’habitat – un modèle basé sur la coopération et le partage

Le modèle coopératif se construit sur l’idée d’une action collective fondée sur la coopération, dans laquelle les coopérateurs participent à l’organisation et se partagent les bénéfices. Il peut être mis en œuvre dans de nombreux secteurs (agriculture, épargne, commerce, etc.). Dans le secteur de l’habitat, les coopératives de logement par aide mutuelle implantées en Uruguay depuis les années 1960 font référence, mais il en existe de nombreuses autres versions, notamment en Amérique Latine et en Afrique subsaharienne (Sénégal, Mali). Au Burkina Faso, il s’agit d’un dispositif plus récent créé dans le cadre de la stratégie nationale en matière d’habitat.

Les coopératives d’habitat au Burkina Faso, une impulsion récente donnée par l’État

Depuis l’indépendance du pays en 1960, les politiques nationales relatives à l’habitat se sont principalement partagées entre la construction de logements dits sociaux, et la régularisation des quartiers spontanés par la procédure de lotissement. Ces politiques publiques se révèlent cependant insuffisantes pour permettre à tous les citadins un logement décent, voire ont eu certains effets pervers inattendus (spéculation foncière et étalement urbain notamment). Aujourd’hui, environ 36% de la population de l’agglomération de Ouagadougou habite dans des quartiers non lotis (Guigma 2017).

Après une période socialiste révolutionnaire sous Thomas Sankara, l’État entreprend son désengagement du secteur depuis les années 1990 et s’oriente vers des opérations de partenariats publics-privés. Les éléments clés de la dernière décennie sont la création d’un ministère chargé de l’habitat et du développement urbain et un Code de l’urbanisme et de la construction en 2006, la loi sur la promotion immobilière de 2008, la Politique nationale de l’habitat et du développement urbain (2008) concrétisées par deux importants programmes nationaux de construction de 10000 logements (2007), puis de 40000 logements (2016-2020).

Les coopératives d’habitat apparaissent comme l’un des acteurs de production de logements sociaux dans la Politique nationale de l’habitat et la loi sur la promotion immobilière. Elles y sont définies comme « des associations de personnes, fondées sur le principe d’union, de solidarité et d’entraide mutuelle dont les membres sont volontairement regroupés pour la réalisation de logements sociaux au profit de leurs membres[1]». Le programme des 40 000 logements prévoit que 5 000 logements sociaux soient construits par des coopératives d’habitat, ainsi que l’élaboration d’un guide pratique précisant les modalités de fonctionnement des coopératives (non encore réalisé).

Elles sont cependant peu développées, tandis que le secteur de la promotion immobilière a connu une explosion ces dernières années (multiplication par cinq du nombre de promoteurs entre 2014 et 2017). Deux coopératives existent en 2018 : la Coopérative Burkinabè d’Habitat (CBH) et la Coopérative d’Habitat du Gulmu (CHG). Plusieurs organisations de la société civile s’intéressent également à ce dispositif, sans initiatives concrètes jusqu’à présent.

Les coopératives : pour qui ? Avec quels effets ?

Le système des logements sociaux au Burkina Faso repose sur un principe d’accession à la propriété avec des facilités bancaires et d’accès au foncier. Il s’adresse ainsi à des populations solvables, avec un revenu stable, en capacité de contracter un prêt pour payer le logement. En l’occurrence, les membres de la CBH sont principalement des fonctionnaires du ministère chargé de l’urbanisme. Les projets conduits par les coopératives ne font pas exception à cet égard. Elles affichent cependant une capacité à construire des logements relativement bon marché grâce à l’absence d’intermédiaires, et des négociations directes pour l’achat des matériaux.

Les enquêtes de terrain aideront à mieux cerner les effets en matière d’inclusion socioéconomique, spatiale et politique des coopératives existantes, et à explorer les potentialités du dispositif pour les catégories de citadins plus précaires, résidant principalement dans les quartiers « non lotis ».

[1]Art. 2 de la loi n°057-2008/AN, portant promotion immobilière