Coopératives de logement par aide mutuelle – Uruguay

Construire et vivre dans une coopérative de logement par aide mutuelle en Uruguay – mémoire de Juliette Chilowicz

La propriété privée est généralement associée à une plus grande sécurité d’occupation et mobilité sociale. Cela fait longtemps qu’on la présente comme le meilleur moyen d’accéder à un logement de qualité. Mais que se passe-t-il lorsque des groupes de travailleurs, issus des classes populaires et moyennes, décident de se regrouper pour accéder de manière collective au logement en mettant en commun leurs ressources financières, leurs connaissances et leur force de travail ? Un tel modèle permettrait-il une meilleure démocratisation du droit au logement et du droit à la ville ? C’est en tout cas le pari que font les habitants des coopératives de logement construites par aide mutuelle en Uruguay.

Ce dispositif d’accès au logement d’intérêt social, financé par des prêts collectifs octroyés aux coopératives par la puissance publique, a permis la production d’un peu plus de 2 % des logements du pays. Il a pour maîtres mots autogestion, propriété collective, autoconstruction et solidarité. Accompagné par un Institut d’Assistance Technique (IAT), le collectif d’habitants auto-construit son futur espace de vie comprenant aussi bien des logements de qualité que des équipements collectifs autogérés, allant du salon commun au petit centre médical en passant par le gymnase et la bibliothèque.

Ce modèle a pu se diffuser et se consolider en Uruguay du fait d’un contexte historique, social et culturel spécifique, bénéficiant notamment d’une forte tradition coopérative, syndicale et d’auto-construction, ainsi que d’un cadre législatif favorable. A partir des entretiens réalisés avec des habitants, il a été possible de constater que ce mode d’accès au logement permettait une amélioration de leurs conditions de vie, aussi bien d’un point de vue matériel (accès à un logement de qualité entretenu par le budget commun de la coopérative) que d’un point de vue social (création d’un fort réseau de solidarité et empowerment des habitants grâce à l’autogestion). Cependant, la majorité des personnes interrogées ont témoigné du fait que le choix de rejoindre une coopérative de logement était en partie contraint par leurs ressources financières limitées et que la période de construction (entre deux et trois ans pendant lesquels chaque famille doit travailler 24h par semaine sur le chantier) était particulièrement difficile et demandait de mettre temporairement de côté sa vie sociale et ses projets professionnels. Malgré tout, une fois les travaux terminés, habiter dans une coopérative permet de sécuriser son droit au logement et celui de ses descendants ainsi que de bénéficier de relations de confiance avec ses voisins, ce qui est particulièrement important aux yeux des habitants.

Ces résultats, ont été obtenus suite à un travail de terrain de trois mois à Montevideo ayant permis de réaliser des études de documents et des entretiens avec les principaux acteurs du dispositif. Ils sont présentés plus en détails dans le mémoire de recherche réalisé par Juliette Chilowicz dans le cadre du Master 2 Urbanisme et Aménagement de l’Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne et en partenariat avec l’AFD.

>> télécharger/download

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search