Publication – Rapport de recherche Communs fonciers pour l’habitat dans les Suds

Disponible en ligne : le rapport final du programme de recherche sur les Communs fonciers pour l’habitat dans les Suds, piloté par l’UMR Géographie-cités et financé par l’Agence Française de Développement. 

Dans quelle mesure l’approche des communs peut-elle contribuer à renouveler les politiques, programmes et projets dans le domaine de l’habitat ? Quels sont les retours d’expériences de projets d’habitat en commun dans les villes des Suds ?

Alors que la notion de « communs » fait l’objet d’un regain d’intérêt remarquable dans le monde académique, opérationnel ou politique depuis une dizaine d’années, peu de travaux se sont intéressés aux villes des Suds et à la question du foncier pour l’habitat. L’accès au sol urbain pour les citadins est pourtant un enjeu majeur, déterminant pour l’amélioration des conditions de vie quotidiennes, et pour l’accès à un « logement convenable », selon la terminologie onusienne, pour les citadins de ces villes en pleine croissance. L’approche dominante en matière de foncier urbain, orientée vers la pleine propriété privée et le marché libre, génère accaparement spéculatif et exclusion des ménages les plus précaires. La force critique de la notion de communs ouvre des voies innovantes pour produire de l’habitat dans les Suds, selon des perspectives plurielles et attentives aux besoins et pouvoir d’agir des habitants.

Ce rapport présente les résultats du programme de recherche « Communs fonciers pour l’habitat dans les Suds », piloté par l’UMR Géographie-cités et mené en collaboration avec des chercheurs sur les terrains étudiés. Le programme a bénéficié d’un financement de l’Agence Française de Développement (AFD) de 2017 à 2020, et s’inscrit dans les réflexions de l’AFD sur l’articulation entre communs et développement.

__
 
To what extent can the commons approach contribute to the renewal of policies, programs and projects in the field of housing? What is the feedback from experiences of collective, cooperative, or commoning housing projects in Global South’s cities? 
 
While the notion of “commons” has been the subject of a remarkable resurgence of interest in the academic, operational and political world over the last ten years, little work has been done on the cities of the South and the precise question of land for housing. Yet access to urban land for city dwellers is a major issue, a determining factor in improving daily living conditions and providing access to “adequate housing”, in the UN terminology, for the inhabitants of these rapidly growing cities.  The dominant approach to urban land tenure, oriented towards individual ownership and the free market, generates speculative tendencies, land financialization and exclusion of the most precarious households. The critical force of the notion of commons opens up innovative ways to produce housing in the South, according to plural perspectives that are attentive to the needs and power to act of the inhabitants. 
 
This report presents the results of the research program “Communs fonciers pour l’habitat dans les Suds” (land-based commons for housing in the Global South), led by the UMR Géographie-cités and conducted in collaboration with researchers in the fields studied.  The program received funding from the French Development Agency (AFD) from 2017 to 2020, and is part of the AFD’s reflections on the link between commons and development.
 

 

 

>> Rapport

>> Résumé exécutif 

>> Summary

 

 

 

 

 

 

Un grand merci à tous les collègues, cités ici ou rencontrés lors de moments d’échanges  et aux habitant.e.s qui ont nourri la réflexion au cours de ces quelques années de recherche.

Recension – On Common Ground. International Perspectives on the Community Land Trust

 

Vient de paraitre / Just published 

Cet ouvrage volumineux, édité par John Emmeus Davis, Line Algoed et Maria E. Hernandez-Torrales, trois professionnels réflexifs et chercheurs-militants engagés dans le mouvement des Community Land Trusts (CLT), retrace lévolution et la diversification du mouvement international des CLT (ou organismes fonciers solidaires).

Il s’inscrit dans la tradition des manuels des CLT et des partages d’expériences qui ont balisé le développement du modèle aux États-Unis, autour de Institute for Community Economics dans les années 1980 notamment (Simonneau, 2018). Il renouvelle cependant l’exercice, en donnant une ampleur internationale au propos autour de l’hypothèse d’un mouvement international des CLT. De plus, dans l’ouvrage le CLT n’est pas tant traité comme un modèle dont il faudrait suivre les étapes initiées par des précurseurs, mais plutôt comme une manière de traiter les enjeux de justice sociale et spatiale, de logement abordable ou encore de gestion durable du territoire au travers d’une gestion collective du foncier, laquelle trouve sa traduction spécifique en fonction des lieux, des acteurs et des rapports de force.

Le champ couvert par l’ouvrage se trouve ainsi relativement vaste, et embrasse un ensemble de réflexions ou d’expérimentations à travers le monde qui s’appliquent à traiter le foncier autrement que par la pleine propriété privée. L’ensemble des textes, tout comme le collectif d’auteurs ici rassemblés, offrent finalement une base réflexive et militante stimulante.

Sommaire et formats ambitieux   

Il rassemble trente-six textes originaux, écrits par quarante-deux chercheurs et professionnels provenant d’une douzaine de pays, autour de cinq parties : (i) les principes de base du Community Land Trust dans leurs différentes variations (“Bright Ideas: Surveying the Diverse Landscape of Common Ground: Structures, Strategies, and Justifications”), (ii) le développement des CLT dans le Nord global (“National Networks: Examining the Proliferation and Cross-Pollination of CLTs in the Global North”), (iii) les expérimentations de CLT ou de foncier collectif dans les Suds, notamment dans les Caraïbes et en Amérique Latine, mais aussi au Kenya ou en Asie (“Regional Seedbeds: Exploring the Potential for CLT Growth in the Global South”), (iv) les CLT urbains, autour de quelques métropoles étant-uninennes et européennes (“Urban Applications: Measuring the Progress of High-Performing CLTs in Selected Cities”), et (v) une approche des enjeux contemporains, tels que la justice raciale, la bioéthique, et l’adaptation des principes du CLT à notre environnement changeant (“Critical perspectives: Meeting the Challenges of a Changing Environment”). 

Notons l’important effort de diffusion de ces travaux, qui sont (encore partiellement) traduits en espagnol, disponibles en audiobooks, et re-publiés sur la forme de monographies régionales ou thématiques. Le livre est publié aux Editions Terra Nostra Press, maison d’édition affiliée au Center for Community Land Trust Innovation. 

A collection of twenty-six original essays, written by forty-two scholars and practitioners from a dozen countries, tracing the growth and diversification of the international community land trust movement.

>> Editor’s website

Seminar 12/02/2020- Bhuvaneswari Raman – Politicizing the Commons in the Indian Context

12/02/2020
16:00-18:00
Campus Condorcet | Bâtiment Recherches Sud | Room 1.122 

Bhuvaneswari Raman, presents her work on commoning practices around land claims in Bangalore and Nagpur. Gautier Kohler, a project manager at the French Development Agency discusses her presentation. 

See below the video and the PPT presentation of the seminar 

 

Presentation B. Raman Seminar 12/02/0202

 

PROGRAMME 

Eric Denis and Claire Simonneau, UMR Géographie-cités – Introduction 

Bhuvaneswari Raman, Jindal School of Government and Public Policy
 “Politicizing the Commons in the Indian Context”

Gautier Kohler, French Development Agency (AFD) – Discussion

Venue
Campus Condorcet, Bâtiment Recherches Sud
5 cours des Humanités
93322 Aubervilliers Cedex
Info and registration
simonneau.claire@parisgeo.cnrs.fr