“Communs mondiaux” et pratiques de transition

Douzième journée de l’atelier “Habiter la transition. Des pratiques existantes aux politiques de transition : circulations et ambiguïtés”

© Réseau ACDD

Mardi 14 mai 2019 9h30-17h

École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris la Villette
144 avenue de Flandre 75019 PARIS
Salle 112 B

Séance animée par Léa Eynaud et Frédéric Sultan

Du côté de la recherche comme des organisations internationales, il est courant de désigner sous l’appellation de « biens publics mondiaux » ou de « biens communs de l’humanité » un certain nombre de ressources dites « naturelles » telles que l’eau, le climat, la couche d’Ozone, la biodiversité ou encore la planète elle-même. À l’échelle locale, les travaux de la prix Nobel d’économie Elinor Ostrom[ ont également mis en lumière la capacité de collectifs auto-organisés à gérer durablement des bassins de ressources naturelles (pêcheries, forêts, systèmes d’irrigation etc.), quelque part entre le marché et l’État. Toutefois le lien entre communs et écologie, tel qu’il se déploie dans l’arène politique et scientifique, connaît à notre sens deux principaux angles morts.
Premièrement, nous en savons peu sur les pratiques à l’œuvre dans des initiatives qui pourraient se réclamer de la notion de (biens) commun(s). Pourquoi s’engage-t-on dans des initiatives de transition en gérant des ressources en ‘commun’ ? Et comment s’y prend-on concrètement ? Quelles sont les pratiques qui comptent ? Quelle est la cause plus grande pour laquelle on se bat ? Disparition des ressources ? Effondrement général ?
Deuxièmement, le flou demeure quant à la manière dont les acteurs eux-mêmes, emboîtent les échelles, depuis des initiatives ultra-locales jusqu’à des problématiques d’ampleur globale, de l’habiter au dérèglement climatique. Quels liens les acteurs opèrent-ils sur le terrain entre leurs pratiques et toutes sortes de politiques institutionnelles présentes à des échelles plus vastes ? Comment se mobilisent-ils ? Comment se fédèrent-ils ? Et quel(s) cadre(s) juridique(s) invoquent-ils ?

(…)
Sans faire du commun la qualité d’un certain type de bien ou une dimension spontanée de l’agir humain, c’est bien la dimension politique des pratiques de transition que nous souhaitons interroger lors de cette séance, telle qu’elle se déploie dans l’espace et dans le temps. Nous poursuivrons cet objectif en organisant la rencontre entre chercheurs et activistes d’une part, mais aussi en portant une attention particulière à la dimension internationale des pratiques auxquelles les acteurs s’emploient, des arènes dans lesquelles ils s’engagent et des causes qu’ils défendent.

>> texte complet et programme de la séance